Le Blog

 

TedxParis le 6 octobre

 

Ted Paris

Quelle fraîcheur! Enfin un peu d’élan et d’allant pour parler de l’avenir… Ce Tedx parisien était bien à l’image de son grand frère américain, un show ininterrompu de 6 heures avec une seule pause. Sur les 6 interventions que j’ai préférées, un commun dénominateur : une vitalité et une énergie hors du commun pour se projeter vers l’avenir au sens propre;  goût du risque, jubilation d’aller contre les idées reçues, et gagner quand même.

Première entre toutes, une Diva de 27 ans à peine, Anjuli Pandit, Américaine d’origine indienne, étudiante à Sciences Po et en stage à la Maison Blanche au « Council of Environment Quality » qui exhorte les Français de sa génération à se bouger, à sauter les frontières et à quitter leur habit folklorique local de 3 pulls noirs sur un pantalon gris pour prendre leur destin en main.

Autre monstre sacré: Djinn Carrénard, jeune réalisateur d’origine Haïtienne qui a remporté en 2011 le prix « Luis-Delluc du premier film » pour Donoma, qui a remporté un succès public et critique alors qu’il a été réalisé avec seulement 150 € de budget. Humour, curiosité de l’autre, sensibilité, profondeur et une ambition centrale: filmer le vivant.

J’ai aussi découvert deux passionarias des temps modernes, Céline Bardet, juriste internationale qui a exercé au Tribunal Pénal International de la Haye avant de s’engager sur le terrain au côtés des victimes des crimes de guerre… et Lydie Laurent, mère d’une enfant autiste, qui raconte son combat pour sortir son fils de l’isolement scolaire et aider les autres enfants présentant des troubles cognitifs ou des difficultés d’apprentissage. Des combattantes de l’émotion, à fleur de peau et la fleur au fusil, qui ont réussi à franchir des obstacles insurmontables pour parvenir à leurs fins, chacune sur son « territoire » d’élection.

Les poètes enfin, Augustin Rosensthiehl et Daniel Tammet. Dans un registre complètement différent, ces deux-là m’ont impressionnée par leur capacité à relier l’utopie et la réalité la plus prosaïque. Le premier, l’architecte, a créé un laboratoire de recherche sur l’agriculture urbaine et un projet, « la Tour vivante » qu’il implante progressivement dans de « vraies » villes, comme à Romainville où une ferme sur les toits verra bientôt le jour. Requalification de l’espace public, nouveaux paysages urbains, nouveaux liens entre les habitants et leurs cultures… Daniel Tammet, lui, est un poète mathématicien de génie, diagnostiqué autiste Asperger à l’âge de 25 ans et auteur de plusieurs best-sellers. Son dernier livre, « Des Hommes et des Nombres », paraîtra en France en 2013 et devrait aborder de façon très originale et créative la magie des mathématiques. Une posture Woody Allenesque de nous raconter les statistiques des causes de notre mort annoncée. En 2030, ligne de mire choisie par ce Ted Paris, 85 personnes de la salle seront forcément décédées, dont 4 en glissant dans leur salle de bain!

Un doute subsiste cependant à l’issue de cette journée particulière: le networking constitutif de l’âme Ted à travers le monde est-il compatible avec les moeurs des créatifs culturels français? En d’autres termes, peut-on vraiment partager ce jour-là, autrement qu’a posteriori?

Adeline Attia

Une réflexion au sujet de « TedxParis le 6 octobre »

  1. Nathalie Ancelin

    Magnifique papier ! Dommage que j’ai loupé cette journée . Elle semble tellement énergisante.
    Les créatifs culturels français vont bien finir par rajeunir et le networking sera une évidence. Misons sur les plus jeunes générations pour cette raison et parce qu’eux seront toujours là ( I hope for each of them) en 2030.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *