Le Blog

 

La « Culture Porn »: une nouvelle inspiration pour les marques?

Porn-is-the-new-blackNouvelles cultures urbaines : le porno est-il marketable ?

Avec Internet et les réseaux sociaux émerge une nouvelle approche de la pornographie : smart et passionnée, élégante et décomplexée, elle ouvre la voie à de nouveaux horizons créatifs pour les marques qui sauraient s’en saisir.

Mais de quoi la « culture porn » est elle le nom? Que représente-elle? Qui séduit-elle vraiment? Quels sont ses symboles et icones? Quel est son impact sur les consommateurs? Quelles sont ses applications possibles pour les marques?

Contexte

« Le sexe fait vendre », a-t-on coutume de dire. Cet adage, aussi cliché soit-il, justifie depuis des décennies la réappropriation des codes et symboles sexuels par les marques. Suivant l’évolution des pratiques et valeurs des consommateurs, le marketing des années 2000 a logiquement jeté son dévolu sur l’un des principaux pourvoyeurs d’imaginaires sexuels : la pornographie, et plus précisément l’esthétique porno-chic, en surfant sur son institutionnalisation médiatique (1). Parfois avec talent ; mais le plus souvent de manière grasse et outrancière, usant et abusant de lieux communs et raccourcis graveleux, érodant au passage une image de marque au profit d’un buzz malvenu. Alors, si le Porno chic est mort, par quoi sera-t-il supplanté ?

Enjeux

On aurait tort de croire que la pornographie se résume à ces quelques caricatures : portée par l’essor des réseaux sociaux et d’une webculture en sédimentation permanente, la pornographie progressivement se décomplexe, débordant des clichés qu’on lui a hâtivement attribué. A l’instar des imaginaires geek et vidéoludiques, une véritable « culture porn » est en train d’émerger sur Internet, renouvelant l’imaginaire sexuel d’une génération. Certes, le porno reste et restera du porno, avec ce que cela implique en termes de tabous et de dépréciations populaires. Mais, en se définissant comme une culture à part entière, cette culture porn se veut smart et passionnée, légère et élégante à la fois. Un vivier d’inspiration encore inexploité par les marques, qui pourraient pourtant y trouver des pépites, tant du point de vue des nouvelles cibles, des nouveaux langages que celles-ci suscitent,  que des positionnements et de la communication de certains produits ou services.

Objectifs

Dans cette perspective, Allegoria/UBTrends s’associe au Tag Parfait, premier magazine consacré au sujet, pour tenter de décrypter les pratiques, les valeurs et les imaginaires de cette culture émergente. Une étude prospective aux contours inédits qui articulera plusieurs sources et approches méthodologiques : sociologie et sémiologie, veille et intelligence économique, interventions d’experts internationaux et témoignages de publics divers. Cette étude s’adresse à l’ensemble des acteurs qui souhaitent comprendre ou exploiter l’une des références culturelles fondamentales des jeunes générations.

Périmètre

 La « Culture Porn » irriguant aujourd’hui de ses codes et valeurs les cultures populaires, le corpus de l’étude mobilisera un large périmètre documentaire. Celui-ci débordera volontairement des contenus et grilles d’analyse du marketing traditionnel, encore trop souvent axées publicités et massmedia : littérature et magazines populaires (2), cinéma et séries télévisées (3), vidéoclips et publicités (4), mais aussi les réseaux sociaux et sites collaboratifs (5). Un corpus volontairement élargi, qui permettra de dépasser l’habituel « brouhaha potache » que génère la pornographie dans le « buzz » contemporain, afin d’observer ces nouveaux imaginaires de la culture porn également dans les interstices de sa consommation étendue.

                                                                                                                                                  

Le cabinet d’études prospectives Allegoria/UBTrends s’associe au Tag Parfait, premier magazine français en ligne dédié à la culture porn.

Ce croisement de compétences permettra d’explorer ce territoire hors des sentiers battus et rebattus de l’auto-proclamé « porno-chic » et du shockvertising des années 2000, pour comprendre les subtilités de ce rapport nouveau qui lie les consommateurs au porno.

Un rapport illustré et une présentation (livrables le 15 janvier 2013 pour une commande avant le 31 octobre)

Prix: 5.500€ H.T.

Pour plus de renseignement: urbantrends@ubtrends.com

                                                                                                                                                  

(1) Exemples connus : Tom Ford, Dolce & Gabbana, Sisley, Cosmos, mais aussi la PETA, etc.

(2) En dépassant bien sûr les clichés du phénomène « mommy porn », hâtivement attribué par la presse généraliste pour commenter le succès du roman sadomasochiste « Fifty Shades of Grey ». Parmi les nouveaux horizons qui s’ouvrent dans la presse, citons Vice Magazine, l’un des porte-drapeaux du porno décomplexé à l’échelle internationale, et dont Le Tag Parfait est partenaire, avec ses séries « Pornification », « Skinema », « Shot by Kern », etc. Autres exemples : Peeperz et Popporn aux Etats-Unis, Amy & Pink en Allemagne, Marquis et L’Imparfaite en France, etc.

(3) Exemples récents : « Clerks », « Zack and Miri Make a Porno », « Knocked Up » pour le cinéma ; « South Park », « Family Guy », « It’s Always Sunny in Philadelphia », « Louie » ou « 30 Rock » pour les séries ; et plus généralement la nouvelle vague des comédies américaines, sans oublier la nouvelle génération du stand-up : Louie C.K., Withney Cummings, etc.

(4) Sélection non-exhaustive sur Le Tag Parfait : http://www.letagparfait.com/category/videos/
N’oublions pas que « l’hymne » officieux d’Internet porte un nom évocateur : « The Internet is for porn » http://www.youtube.com/watch?v=eWEjvCRPrCo

(5) En particulier Tumblr, Reddit, 4chan et Urban Dictionnary, qui comptent tous parmi les plus grands producteurs / diffuseurs de cette culture hors du champ purement onaniste. On pensera par exemple aux nombreux mèmes Internet exploitant les codes du porn, tel que le même « Brazzers » (du nom d’une des boîtes de production les plus connue), consistant à apposer un logo éponyme sur une photo a priori non-pornographique, qui prend dès lors un tout autre sens : http://knowyourmeme.com/memes/brazzers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *